Recortes de prensa y noticias de jardines (Sección fuera de España)  

Jardines de Francia


Portada de Ciberjob Historico de noticias de los Jardines de Francia Para escribirnos

lunes, julio 31, 2006 :::
 

.

Fuente: Le Monde
Fecha: 7-7-06
Autor: Emmanuel de Roux


A Chaumont-sur-Loire, l'art du jardin se donne un air de parc d'attractions

Des ballons géants qui glissent sur la végétation, un trampoline cerné de (faux) coquelicots, un toboggan qui atterrit entre deux miroirs : le Festival international des jardins de Chaumont s'est-il transformé en parc d'attractions pour enfants en bas âge ? Pour sa quinzième édition, l'inventeur de la manifestation, Jean-Paul Pigeat, avait défini le thème : "Jouer au jardin", qui devait se décliner dans chacun des 30 enclos de 100 m2, cerné d'une haie de hêtres. Sa mort brutale (Le Monde du 7 octobre 2005) ne lui a pas permis de participer au jury, qui a choisi 30 lauréats parmi les 300 dossiers reçus pour cette cuvée 2006. La tradition Pigeat a pourtant été suivie : les inventions séduisantes cohabitent avec les loupés, les installations à la limite du land art le disputent avec des traitements strictement paysagers.


Parmi ces derniers, l'un des plus réussis est Un, deux, trois... quatre ?, jardin réalisé par Ludovic Smagghe, Nicolas Menu et le collectif Mooslin : deux vagues de pelouses ondulées, plantées d'une infinie variété de trèfles et encadrées par des murs de pisé (argile, sable, gravier). A cette élégance d'une belle simplicité, il ne manque même pas la touche écolo - le pisé, matériau à la mode.

Côté installations flirtant plus ou moins avec les arts plastiques, Agnès Mory, Yves Magnier et Thierry Saclier d'Arquian, qui vivent tous les trois en Belgique, proposent On aurait dit que..., un jardin qui renvoie aux jeux d'enfants élaborés avec trois bouts de ficelles. Ici, le trio a bricolé avec du matériel de récupération un paysage miniature, au centre duquel trône une sorte d'enclos, à base de bribes de béton, de déchets informatiques et de rebuts indéfinissables. L'ensemble est d'une belle invention poétique.

DES JEUX DE MIROIRS À FOISON

Peut-être faut-il ranger sous la même rubrique la Folie douce à la villa Conchiglia, de Caroline Perrin et Marine Duvivier. La façade qui s'ouvre derrière un jardin sec - cactus et galets - renvoie pourtant à une mémoire historique : celle des grottes de coquillages qui ornaient les parcs de la Renaissance italienne, mais aussi à l'univers brut et naïf du facteur Cheval. Cache-cache à travers les extravagantes, de Laurence Kaisergruber, Christine Alban et Sarah Leterrier, est un jardin de curé kitsch, peuplé de choux et d'artichauts, de coloquintes et de passiflore, ainsi que de planches d'aggloméré découpées, le tout démultiplié par des jeux de miroirs, dont la plupart des créateurs usent et abusent cette année à Chaumont.

Certains ont carrément transformé leur jardin en terrain de jeu (de l'oie, de balles, de marelle, de rôle, de toupie...). L'exercice est le plus souvent raté. A l'exception de Benjamin Jacquemet et Carolyn Wittendal, qui proposent un vaste échiquier où les pièces à déplacer sont d'énormes poubelles métalliques, montées sur roulettes et remplies d'une végétation débordante, avec lesquelles on peut disputer de vraies parties d'échecs. Il faut enfin mentionner la séduisante cabane de Pascale et Christian Pottgiesser, double hélice à l'intérieur de laquelle on peut grimper, planquée au milieu d'un bosquet de bambou conçu par Atlanscène.

La question de l'avenir du Festival de Chaumont va se poser cette année de manière aiguë. Christian Mary, successeur de Jean-Paul Pigeat, est, comme ce dernier, directeur du conservatoire de Chaumont, pilote de la manifestation mais aussi administrateur du château et de son parc historique. Le château est géré par une association qui tire 78 % de son budget de ses ressources propres (le reste étant complété par la région Centre). Le parc est sous la tutelle des Monuments historiques. Or la propriété de cet ensemble doit être transféré dans les prochains mois à la région Centre. Son président, Michel Sapin, devait présenter le projet de transfert et de gestion du site à la commission permanente du conseil régional, vendredi 7 juillet, avant de le transmettre à l'Etat.


::: Noticia generada a las 11:03 AM




Powered by Blogger