Recortes de prensa y noticias de jardines (Sección fuera de España)  

Jardines de Francia


Portada de Ciberjob Historico de noticias de los Jardines de Francia Para escribirnos

domingo, diciembre 09, 2007 :::
 
Fuente: Le Monde
Fecha: 28-11-07
Autor: Emmanuel de Roux


La restauration longue et coûteuse du domaine de Chantilly


Indispensables, longs, coûteux, peu spectaculaires, les travaux pour la sauvegarde du domaine de Chantilly (Val-d'Oise) ont commencé en 2007. Déjà le jardin de la Volière, dans le parc du château, est accessible au public, qui peut, par ailleurs, avoir une idée du chantier en visitant l'exposition programme ouverte au Musée Condé et dans le Jeu de paume.

Comment payer ces lourdes factures ? L'Institut de France, propriétaire des lieux, n'en a plus les moyens - même avec le concours de l'Etat. En 2005, Chantilly souffrait d'un déficit d'exploitation annuel de 500 000 euros. Le chancelier de l'Institut, à l'époque Pierre Messmer, avait donc demandé à l'Aga Khan, richissime chef spirituel des Ismaéliens et voisin du château des Condé, de bien vouloir piloter ces travaux, en faisant acte de mécénat.
Ce dernier avait ainsi créé une Fondation pour la sauvegarde et le développement de Chantilly, dont la durée de vie est de dix ans. Sur cette période, la Fondation verse 40 millions d'euros. L'Institut, l'Etat, et les collectivités territoriales complètent cette somme à hauteur de 30 millions d'euros. "Il faut arriver à doubler ces 70 millions d'euros par du mécénat", indique Danièle Clergeot, la directrice générale de la Fondation.
La première tranche des travaux étendue sur trois ans touche d'abord le parc (286 hectares). Celui-ci est en très mauvais état. "Il avait été particulièrement négligé, explique Serge Darroze, responsable des travaux du parc et des jardins. On estime toujours que les arbres peuvent attendre. Or ces derniers sont notamment menacés d'asphyxie par la remontée de la nappe phréatique."
Ici, l'eau affleure partout : le parc a été installé sur un terrain spongieux. Il est indispensable de curer les canaux et les pièces d'eau, de revoir tout le système hydraulique. "En revanche, cette abondance a des effets spectaculaires. Il sera possible, à terme, de faire jouer les grandes eaux sans interruption", explique Serge Darroze.

450 000 VISITEURS

On en est loin : il faudra attendre plusieurs années avant que le parc ne soit totalement remis en état. Car ce dernier, complexe, est composé d'une série de jardins qui ont tous leur singularité. Le jardin à la française, avec son grand canal et ses immenses perspectives, a été imaginé au XVIIe siècle par Le Nôtre. Le XVIIIe siècle a laissé un petit parc d'attractions dont il reste quelques traces (les ruines d'un énorme jeu de l'oie) et un jardin anglo-chinois installé quelques années avant la Révolution, avec son hameau et la maison "champêtre" de Sylvie. De retour d'émigration, vers 1820, le prince de Condé et son fils le duc de Bourbon, derniers propriétaires de Chantilly, demandent à l'architecte Victor Dubois les plans d'un jardin à l'anglaise.
Il ne suffit pas de réhabiliter le parc, il faut aussi mieux accueillir les quelque 450 000 visiteurs : installer un nouveau et discret parking - à caser derrière un mur existant -, relever les murs, restaurer et réaménager le hameau et la maison de Sylvie pour y loger un salon de thé, un espace pédagogique pour les enfants et des salles polyvalentes. Il est également prévu de créer sur 148 hectares un parcours pour apercevoir la surabondante faune sauvage qui hante les lieux - le domaine de Chantilly est adossé à une forêt de plus de 7 000 hectares. Une deuxième tranche de travaux vise le château, qui abrite les célèbres collections de peintures et la bibliothèque rassemblées par le duc d'Aumale, qui légua l'ensemble de son domaine à l'Institut de France en 1886.
Une fois le domaine en ordre de marche, Chantilly devra trouver un équilibre économique. "Le chiffre d'affaires annuel de Chantilly est de 5 millions d'euros. Pour faire tourner le domaine, il faut 3 millions de plus", constate Mme Clergeot. Comment faire ? Augmenter le nombre des visiteurs ? Il y en a eu 280 000 en 2006 pour le seul château, soit 20 % de plus qu'en 2005. Mais il faut respecter la fragilité du lieu : le château ne peut pas accueillir plus de 3 000 personnes par jour.
Quant au parc, il ne sera jamais Disneyland : "Nous travaillons dans le respect de ce que nous a légué l'histoire", assure Mme Clergeot. La Fondation Aga Khan a racheté pour 10 millions d'euros le Musée du cheval installé dans les somptueuses Grandes Ecuries et doit le moderniser en conservant la présentation vivante du dressage des chevaux.
On peut tenter aussi de jouer de la synergie avec l'hippodrome (qui appartient aussi à l'Institut) loué à France-Galop. Mais les turfistes se révéleront-ils amateurs de peinture et d'architecture ?



"Le Domaine de Chantilly, d'hier à demain", château de Chantilly (Val-d'Oise). Tél. : 03-44-27-31-80. Du mercredi au lundi, de 10 h 30 à 17 h 30, Jusqu'au 6 janvier 2008.


::: Noticia generada a las 6:15 PM




Powered by Blogger