Recortes de prensa y noticias de jardines (Sección fuera de España)  

Jardines de Francia


Portada de Ciberjob Historico de noticias de los Jardines de Francia Para escribirnos

viernes, abril 25, 2008 :::
 
Fuente: 50’z
Fecha: 12-4-08

Les Plus Beaux Jardins de France en 2008
-
L'association "Les Plus Beaux Jardins de France" accueille en 2008 le "Champ de Bataille", un nouveau jardin dans l'Eure créé par le célèbre décorateur Jacques Garcia. Cela porte à 8 le nombre de jardins présents dans cette association. Découvrez-les !

Les Plus Beaux Jardins de France accueillent en 2008, Champ de Bataille

A propos de Champs de Bataille, Jean de la Varende écrivait : "ici règne l'ampleur. Le décor n'intervient qu'après la déclaration de puissance " c'est cette puissance qui a décidé Jacques Garcia à racheter le domaine en 1992.

Nés de la main d'un grand paysagiste, peut être Le Nôtre en personne, ces jardins qui ont été sans doute somptueux, mais dont le temps avait effacé la dernière trace, renaissent désormais grâce à l'inspiration de Jacques Garcia, réalisés avec la complicité de Patrick Pottier, son chef jardinier ?

" Faire Grand et viser Haut : mon ambition perpétuelle trouve ici sa concrétisation la plus aboutie où je reprendrai pour faire mienne la définition de Daniel Boulanger " Embellir, c'est se sauver du peu, s'élever au dessus du sol, je crois au sonnet, à la cantate, à la Sixtine " Jacques Garcia.

C'est aussi la vocation de ce site : Viser Haut. Une ambition permanente pour ces jardins qui sont des oeuvres végétales à part entière, vivantes et éphémères et proposent ce qu'il y a de mieux aux visiteurs.

L'association "Les plus beaux Jardins de France"

Créée en 2007, l'association "Les Plus Beaux Jardins de France" regroupe les plus beaux jardins de France et a pour vocation de promouvoir les Jardins en France et à l'étranger à travers son site internet : http://www.lesplusbeauxjardinsdefrance.com/.

Alors qu'elle réunissait sept jardins, Champs de Bataille vient s'ajouter à cette liste dès la saison 2008.

Ces « Sept/huit Merveilles de France » sont des jardins :
  • exceptionnels bénéficiant d’une grande notoriété et ouverts à un large public
  • qui constituent un élément déterminant dans l’offre présentée aux visiteurs
  • recommandés par tous les grands guides
  • parfaitement entretenus par des jardiniers professionnels
  • ouverts sept jours sur sept, au minimum de Pâques à la Toussaint
    offrant un accueil de qualité garanti par une gestion privée ;

La gestion reste un critère déterminant. Tous ces jardins sont en effet animés par leur propriétaire ou par des professionnels de l’accueil touristique.

-


Une séléction des plus beaux Jardins de France

La Bambouseraie de Prafrance, dans le Gard


Une forêt de bambous géants unique en Europe, avec des aménagements paysagers exceptionnels tels le Bambusarium, le labyrinthe végétal, le jardin aquatique, le village laotien, les magnifiques serres victoriennes.

Fidèle à l’esprit de son créateur visionnaire et homme de cœur, Eugène Mazel, la Bambouseraie défend une approche à la fois humaine, botanique et culturelle de ce jardin dont la vocation est aussi de réunir et de rapprocher les hommes, de faciliter les rencontres, de croiser et de relier les savoirs et les passions.


Lieu d’échanges et de culture, cet arboretum unique en Europe, recense de très nombreuses espèces végétales dont les collections n’ont cessé d’être enrichies au fil du temps.


Jardins et parc de Breteuil dans la Vallée de Chevreuse


Classés « Monument Historique » et « Jardin remarquable »
Le jardin à la française d’Achille Duchêne, avec ses parterres de buis, ses charmilles taillées, et son miroir d’eau, le « Jardin des Princes » tout en senteurs et en couleurs, le labyrinthe aux mille buis crée en 2000, le parc à l’anglaise et ses arbres tricentenaires, les étangs romantiques font de Breteuil l’un des plus beaux sites d’Ile-de-France.

Des personnages historiques crées spécialement par le musée Grévin habitent le château parmi les objets d’art et les tableaux. Quant aux héros des contes de Perrault, ils sont partout : Cendrillon et le jeune Prince dansent dans le pavillon du labyrinthe, le Petit Poucet est réfugié dans le fruitier de l’ogre et le Chat Botté trône dans l’écurie…


Breteuil est un haut lieu du Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse.


Le Château de Chenonceau, dans le Val de Loire


Construit sur la rivière, berceau de la Renaissance Française, le Château de Chenonceau, le Château des Dames, est l’un des monuments les plus aimés, les plus connus, les plus visités. Ses jardins à la Française, symbole du romantisme, sont le témoignage éclatant du goût et du raffinement de leurs inspiratrices : Diane de Poitiers et Catherine de Médicis.

Les jardins de Diane de Poitiers et de Catherine de Médicis sont ornementés d’une multitude d’espèces rares, de centaines de rosiers grimpants et tige. Le Potager et la Ferme du XVIème siècle sont également réputés. Un labyrinthe planté de 2000 ifs et dessiné d’après un plan italien de 1720, est agrémenté en son centre d’une gloriette habillée d’osier vivant.


Jardins du Manoir d'Eyrignac, dans le Périgord Noir


A un jet de pierre de Sarlat, le Manoir et les jardins d’Eyrignac, monuments historiques sont dans la même famille de Patrick Sermadiras de Pouzols de Lile depuis plus de 500 ans. Ce jardin de verdure, au cœur d’un domaine de 200 hectares, se décline dans toutes le camaïeu de verts des ifs, buis, charmes et cyprès.

Ce sont les volumes des topiaires qui font toute l’intelligence d’Eyrignac : sculptures végétales, chambres de verdure, broderies de buis, parterre à la française…


La diversité des formes semble ne pas avoir de limite, tout en restant en harmonie avec les lignes architecturales du Manoir et le domaine naturel préservé de 200 hectares qui entoure cet écrin. Ce jardin onirique semble brodé tel une tapisserie de buis, d’ifs et de lierre qui débouche sur les haies et les cônes de l’allée des charmes.


Vaux le Vicomte, en Ile-de-France : Jean Charles de Vogüe


De tous les jardins créés par André Le Nôtre, c’est celui de Vaux-le-Vicomte où l’on découvre le plus clairement la grammaire du jardin classique dont il déclina partout ailleurs les exercices et les variations.

Les terrasses qui entourent le château sont ornées de fleurs et de broderies de buis et les suivantes sont constituées de pelouses. Ce programme végétal est agrémenté de surprises sous forme d’échappées latérales, d’illusions qui manipulent la vision et les distances. Et partout, de l’eau, en abondance, dormante ou jaillissante, totalisant aujourd’hui 9 ha répartis en 24 bassins (contre 40 en 1661).


Dans les sous-sols du château une exposition dédiée à l’œuvre de Le Nôtre recrée l’atmosphère d’un jardin à la française et permet aux visiteurs de découvrir les principales œuvres du paysagiste –jardinier qui ornent les environs de Paris.


L’exposition s’achève par une extraordinaire maquette interactive racontant la création des jardins de Vaux, et soulignant les règles qui caractérisent l’œuvre de Le Nôtre.


Villandry, dans le Val de Loire :


Villandry, le dernier des grands châteaux Renaissance bâti sur les bords de la Loire, est surtout connu pour ses jardins, répartis sur trois niveaux, qui allient esthétisme, diversité et harmonie. Le potager décoratif mêle fleurs et légumes, régularité du plan en damier et foisonnement des plantes. Au fil des saisons, les cultures se succèdent proposant un tableau végétal en trois dimensions, toujours renouvelé.

Dans le jardin d’ornement, les buis forment représentent des symboles musicaux mais aussi et surtout des cœurs, volutes, papillons, éventails… allégories de l’amour tendre, de l’amour passionné, de l’amour volage et de l’amour tragique.


Le jardin d’eau quant à lui est le plus apaisant : le bassin y joue un rôle prépondérant ; le bruit des fontaines et les grands espaces de pelouse apportent calme et tranquillité au visiteur. C’est le jardin le plus paisible qui soit, idéal pour se ressourcer ou… pour rêver !


L’ensemble du site est complété par le jardin des simples qui regroupe les plantes médicinales et culinaires et le labyrinthe de charmilles, où les enfants, comme les plus grands aiment à se perdre.


Villa Ephrussi Rothschild à St-Jean-de-Cap-Ferrat


Ce véritable Palais, dominant sa péninsule, est l’un des plus beaux monuments historiques de la Côte-d’Azur. Lieu de villégiature de tout ce que l’Europe et l’Amérique du Nord compte de plus élégant et de plus fortuné, le Cap Ferrat est choisi en 1905 par la Baronne Ephrussi de Rothschild pour édifier une de ces "folies", inspirées des grandes demeures Renaissance de Venise et Florence.

La Villa est entourée par neuf magnifiques jardins à thèmes où le visiteur peut découvrir, au hasard de sa promenade, l'ordonnancement du jardin à la française, la végétation luxuriante des jardins espagnol et florentin, la richesse de la roseraie, les essences rares du jardin exotique ou les vestiges archéologique du jardin lapidaire.


Aujourd’hui, la villa est le seul lieu historique de la Côte-d’Azur ouvert au public, témoignage de ces demeures des milliardaires qui, à la Belle Epoque, ont "créé" la Riviera.



::: Noticia generada a las 3:53 PM


 
Fuente: Bloc.com
Fecha: 9-4-08


Le jardin ouvrier

Un jardin ouvrier est une parcelle de terrain mise à la disposition de ses habitants par la municipalité et devant être aménagée par son propriétaire. Appelés également « jardins familiaux », les jardins ouvriers ont une part non négligeable dans l’aménagement du territoire français.

L’histoire du jardin ouvrier

Les jardins ouvriers ont intégré le mode de vie français suite à la diffusion de ces espaces au 19ème siècle. La création de tels jardins vient de l’idée d’un abbé également homme politique nommé Jules Lemire. Les jardins ouvriers furent créés avec pour finalité l’amélioration de la vie des ouvriers en leur offrant le grand air, une terre à cultiver en famille pour avoir des vivres. En 1895, la Ligue française du coin de terre et du foyer vit le jour par l’initiative de Jules Lemire. Cette institution permit à ses membres d’avoir plus aisément accès aux parcelles de terres, qu’ils cultivaient par la suite pour leur autosubsistance.
-
A Paris, la Société des jardins ouvriers de Paris et banlieue contribue à l’expansion du concept et porta à 1515 le nombre de jardins ouvriers de la région parisienne. Mais c’est la banlieue de Paris qui comporte la moitié de ces jardins recensés. Les deux guerres mondiales ont également contribué à l’extension des jardins ouvriers. En effet, par nécessité, de nombreuses parcelles de terrains historiques sont transformés en potagers durant les années de guerre et bon nombre le sont restées après. Ces terres furent octroyées à des personnes qui avaient besoin d’un endroit à cultiver et pour vivre. C’est la raison pour laquelle on recensa 250 000 jardins ouvriers sur le territoire français au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. Ce fut en 1952, précisément le 26 juillet que le terme de « jardins familiaux » fut adopté lors d’un vote de loi. Actuellement, les jardins ouvriers ont une large côte auprès des défenseurs de l’environnement et du bien être naturel. Les demandes de parcelles se font très nombreuses, excédant de loin l’offre, rendant encore plus difficile la répartition des terrains.

Comment se compose un jardin ouvrier ?

Un jardin ouvrier est une parcelle de terrain cultivé par son propriétaire après acquisition de celle-ci. Il comporte habituellement des fruits ou des plantes potagères dans un but nourricier. Aucun usage commercial n’est permis avec les produits qui y sont cultivés. Ceux-ci sont destinés à la consommation familiale, donc à la subsistance.

La beauté d’un jardin ouvrier ne peut être obtenue que par l’effort de son propriétaire. S’il est créatif, il peut le remplir, en plus des plantes potagères, de fleurs décoratives pour en donner un meilleur aspect. L’entretien du jardin en sera plus contraignant, mais son travail portera ses fruits. De grands arbres, de petits arbustes, des plantes rampantes, des fleurs, des arbres fruitiers et des légumes enfouis peuvent tous trouver leur place dans un jardin ouvrier. Il faut du temps et surtout la motivation nécessaire pour produire assez pour la famille.

Les formalités autour des jardins ouvriers

Pour pouvoir faire l’acquisition d’un jardin ouvrier, il faut être un particulier, en général un père de famille, nécessiteux, inscrit à la commune qui fait offre des terrains. A une certaine période, on faisait presque la queue pour obtenir des parcelles de terrains. Mais les critères d’affectation pris en compte restent l’appartenance de la personne à la commune, sa mixité sociale et la proximité géographique du lieu de résidence de la personne. En effet, les jardins ouvriers font partie du patrimoine culturel et artistique d’une ville, leur entretien doit donc se faire régulièrement et ne pas se résumer aux week-ends.

La gestion des jardins ouvriers est effectuée par des associations privées déclarées et reconnues d’utilité publique. Tout usage commercial du terrain est proscrit par la loi en vigueur depuis 1901. L’utilisation de la parcelle ainsi obtenue reste strictement personnelle. Les contrevenants à ces réglementations vont au devant de situations équivoques avec la municipalité.

Le saviez-vous ?

En France, des concours de jardins ont lieu chaque année dans plusieurs villes et villages. Les habitants s’empressent de donner à leur jardin un aspect exceptionnel. Les prix sont offerts aux propriétaires des jardins les plus fleuris et aux décors potagers les plus exclusifs et évidemment, les possesseurs de jardins ouvriers y participent.


::: Noticia generada a las 3:18 PM




Powered by Blogger